Le free flow play: une nouvelle façon de jouer

Sa déclinaison française, l’itinérance ludique, est un concept développé par Laurence Rameau, spécialiste de la petite enfance. À partir du travail de nombreux experts reconnus dans le champ de la petite enfance, combiné aux recherches plus récentes comme les neurosciences, cette approche fait du jeu un outil de développement qui respecte le rythme de chaque enfant.

Penser autrement les espaces

Fini le cloisonnement par lieux d’activité ou par groupe d’âge. L’idée est de faire de la crèche une seule unité pédagogique avec des portes ouvertes et des passerelles entre les espaces. L’enfant déambule comme il lui plait, se sent le bienvenu partout, et s’il le souhaite, décide de s’arrêter et de passer du temps dans un certain « univers ludique ». Celui-ci peut être sur le thème de l’eau, de la peinture, de la manipulation de boîtes en carton, etc. Dans cet univers l’enfant rencontre d’autres enfants d’âge différents du sien… comme dans la vraie vie !

Circulez !

Finis les dessins ou les puzzles uniquement assis à table ! Comme le besoin moteur est prégnant à cet âge, une nouvelle organisation doit être pensée, permettant d’associer l’activité ludique à la possibilité de bouger et se mouvoir en liberté. Il s’agit donc de faire des propositions qui se découvrent au fur et à mesure, au gré de la circulation possible à travers tout le lieu d’accueil et ce jusqu’au jardin.

L’enfant est joueur, mais surtout auteur !

On ne peut pas parler de jeu s’il n’y a pas de liberté. Jouer c’est observer, puis choisir et gérer les conséquences de son choix. Pas question donc d’imposer des expériences ludiques non choisies. L’idée du free flow play est de laisser-faire au lieu de faire faire. Marlène, éducatrice en crèche, affirme « la libre circulation permet aux enfants d’apprendre dans des environnements différents et de mobiliser aussi bien leur corps que leur tête ! En effet les enfants sont plus motivés, plus curieux et concentrés Déjà tout petits, ils apprennent à prendre des décisions qui sont "bonnes" pour eux »

Et les adultes dans tout ça ?

Ils ne sont plus là pour stimuler l’enfant à tout prix, lui permettre d’atteindre des objectifs pédagogiques établis à l’avance ou obtenir un résultat à montrer le soir aux parents (un beau dessin par exemple). Ils sont des accompagnants bienveillants et ouverts à la surprise. En mettant à la disposition des enfants des gommettes, l’idée n’est pas d’inciter les enfants à les coller sur une feuille au bon endroit, mais de les observer dans leurs petites expériences. Certains enfants vont les coller l’une sur l’autre, d’autres sur chacun de leurs doigts. Quand on n’attend rien de particulier de l’enfant, il va pouvoir expérimenter sa liberté. Avec des cubes, il peut faire une tour, mais aussi un chemin qui traverse la pièce, ou pourquoi pas des instruments de percussion.

Mais l’adulte n’est pas qu’un simple observateur du terrain de jeu de l’enfant, il établit avec lui des liens de proximité (« J’ai l’impression que tu n’es pas d’accord avec Maxime », « tu vois, c’est doux », « tu préfères le bleu ? » …). L’adulte intervient aussi pour rappeler quelques règles nécessaires (« après la peinture, il faut se laver les mains », « il fait frais dehors, va chercher ton manteau »).

Newsletter

Inscrivez vous à la newsletter Grandir

Découvrez nos petites et grandes idées pour faciliter votre quotidien de parents. En saisissant votre adresse e-mail ci-dessous, vous acceptez que Grandir vous adresse des communications électroniques régulières.

Partenaires :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos besoins.