Qu'est ce que le goût?

Le Goût

L’enfant est d’abord un être sentant avant d’être un être pensant, les sens pré existant in utéro... En effet dès la naissance, l’enfant dispose déjà de plusieurs capacités sensorielles de base qui vont se perfectionner tout au long de son enfance. C’est d’ailleurs notamment grâce à ses sens qu’il va découvrir le monde et réaliser des apprentissages fondamentaux. 

Par la suite, le développement de son système nerveux et celui de son cerveau vont  affiner son système perceptif, ce qui lui permettra d’acquérir une maîtrise plus assurée et plus fine de ses sens.

Lorsque nous évoquons les sens nous pensons aux 5 bien connus : La vue, le goût, l’odorat, le toucher, l’ouïe mais n’oublions pas aussi le sens vestibulaire (celui de l’équilibre) et la proprioception (la représentation de son corps dans l’espace) qui nous permet par exemple d’applaudir sans regarder nos mains mais aussi de monter à l’échelle sans regarder nos pieds !

Cette semaine le goût est à l’honneur, pourquoi ?

Pour  apprendre à déguster et mieux goûter les instants de la vie !

« Le goût est un des plaisirs les plus simples et les plus riches de la vie" pour Jacques Puisais, Vice-Président de l'Institut du Goût.  II évolue avec le temps et le goût de l’enfant est un plaisir complexe !

Le goût s'éduque. Il faut apprendre à faire parler ses papilles, à décoder les messages qu'expriment les aliments : souvenirs, symboles, éléments de notre culture. De même que les autres sens, le goût évolue au cours des premières années. Il évolue plus encore au tout début, au cours de la période où le nourrisson reconnaît avec sa bouche.

L’enfant doit donc recevoir une alimentation très variée dès son plus jeune âge. Variée par l'alternance de sensations gustatives avec les quatre saveurs de base : sucré, salé, amer et acide, mais variée aussi par les sensations thermiques, les sensations olfactives, les sensations auditives (aliments craquants ou non), les sensations tactiles de volume, de consistance, ainsi que la perception visuelle. D’autant que les récentes études ont démontré également les effets bénéfiques pour lutter contre les allergies alimentaires !

Le respect de l'enfant passe aussi par le respect de ses goûts. Il faut donc savoir accepter un refus, tout en ne le considérant pas comme définitif. Soigner la présentation des repas, varier les couleurs, éviter de tout mélanger dans l'assiette, utiliser des récipients de couleurs vives sont quelques-uns des conseils à donner aux jeunes mères. Il est bon aussi de nommer les aliments, de verbaliser les sensations perçues: saveur, température, consistance etc… Les jeux, les livres, les imagiers, les lotos, ou les Ateliers ‘en vrai’ peuvent familiariser l'enfant à voir des fruits, des légumes, des couleurs, des préparations, à les nommer, les manipuler etc…

La formation du goût, l’équilibre des aliments entre eux, la variété des nutriments doivent commencer dès la diversification. Une responsabilité que nous partageons donc, structures d’accueil et familles !

Quelques trucs pour lui donner envie de goûter de tout :

  • Ne vous arrêtez pas au premier rejet. Il faut parfois proposer plusieurs fois un nouvel aliment pour qu’un enfant l’apprécie. L’enfant peut avoir besoin de voir l’aliment 20 fois ou plus avant de vouloir en manger ou même y goûter. Encouragez-le à goûter, sans le forcer. Félicitez-le lorsqu’il essaie.
  • Ne le forcez pas à finir son assiette. Laissez l’enfant écouter son appétit.
  • Un aliment ne doit pas être une récompense. Il faut se garder d’associer un comportement avec de la nourriture. Une récompense peut être un objet (gomme à effacer, collant, etc.) ou une activité spéciale, mais pas une crème glacée ou des frites. De même, évitez tout « marchandage » autour de la nourriture. Ne promettez pas un bonbon s’il termine son brocoli. Vous lui laissez ainsi croire que le brocoli n’est pas bon.

Vous avez dit néophobie alimentaire ?

Elle touche environ 3 enfants sur 4 entre l’âge de 2 et 10 ans. Elle apparaît plus fréquemment vers 2 ans, période durant laquelle l’enfant entre dans sa phase du « non ». L’alimentation est d’ailleurs l’un des domaines où l’enfant va chercher à avoir du contrôle.

Les préférences de l’enfant évoluent rapidement dans les 2 premières années de vie. Les préférences alimentaires sont influencées à la fois par la génétique, par l’environnement dans lequel grandit l’enfant et par le contexte dans lequel il découvre les aliments. Jusqu’à 18 mois environ, l’enfant accepte assez facilement de goûter tous les aliments qu’on lui propose. Lorsque le repas est agréable et que l’enfant se sent bien, il associe les aliments à des émotions positives, ce qui rend leur acceptation plus facile.

Un enfant peut également être méfiant devant une texture nouvelle, une couleur peu habituelle, ou un goût marqué ou surprenant. Des études ont démontré que si une partie d’un objet change, l’objet devient totalement nouveau pour lui. Par exemple, si vous saupoudrez un peu de persil sur ses pommes de terre, il pense que vous lui servez autre chose. Il se montre alors méfiant ou déstabilisé. En lui parlant des aliments, en lui expliquant ce qu’il a dans son assiette et en l’impliquant dans la cuisine, vous lui permettrez de se familiariser avec les aliments sous toutes leurs formes.

Comment inculquer le goût de la variété chez les enfants?

  • Essayez les épices et les fines herbes sur les légumes. Les enfants aiment ajouter eux-mêmes une touche d’assaisonnement. Cela leur donne un certain contrôle.
  • Cuisinez avec votre enfant en trouvant une tâche adaptée à son âge (presser le jus de citron, mélanger la salade, etc.).
  • Apprenez-lui les mots pour décrire ce qu’il goûte. Cela va bien au-delà de « J’aime » ou « Je n’aime pas ». Suggérez-lui « ça pique, c’est fort, ça brûle, c’est mou ».
  • Prenez vos repas en famille le plus souvent possible. L’enfant qui ne mange pas avec ses parents peut se sentir exclu. Le repas doit être synonyme de plaisir. C’est aussi durant les repas qu’il constate combien les adultes aiment les fruits de mer, se régalent des asperges et apprécient la nouveauté.
  • Soyez un modèle positif et enthousiaste. L’enfant imite ses parents et il le fait encore plus lorsqu’ils sont convaincants. Montrez-lui que vous aimez ce que vous mangez. Exprimez-vous à voix haute : « J’adore ces petites tomates colorées! » ou « Ce poisson est si tendre! ».
  • Essayez de présenter des plats colorés. Les enfants, comme nous, mangent d’abord par les yeux. Variez les couleurs et évitez de tout mélanger dans l’assiette. On peut aussi utiliser des récipients de couleurs vives, rigolos ou arborant des motifs pour enfants.

Bonnes dégustations !

La direction qualité Petite Enfance

Newsletter

Inscrivez vous à la newsletter Grandir

Découvrez nos petites et grandes idées pour faciliter votre quotidien de parents. En saisissant votre adresse e-mail ci-dessous, vous acceptez que Grandir vous adresse des communications électroniques régulières.

Partenaires :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos besoins.