De nouveaux droits pour les aidants en 2020

400 millions d’euros, 6 priorités, 17 mesures : la stratégie de soutien aux aidants 2020-2022 permettra de réels progrès dans la reconnaissance du rôle des aidants.

Le sujet des aidants familiaux n’est plus du domaine de la prospective : l’allongement de l’espérance de vie, c’est maintenant, et les adultes (et même très jeunes adultes) peuvent avoir à aider un proche au quotidien. Pour aider les aidants à concilier vie personnelle et vie professionnelle, c’est tout un écosystème qui se met en ordre de bataille : d’une part, du côté des entreprises, les groupes dédiés à la QVT – dont Grandir, bien évidemment ! – mettent en place des services innovants et sensibilisent les employeurs à ces nouveaux risques de déséquilibres. D’autre part, le rôle pionnier et l’engagement complet des associations d’aides aux aidants est également à saluer : ce sont elles, au quotidien, qui ont accompagné les aidants dans tous les territoires, et qui ont également souligné l’émergence du phénomène.

Un plan national de soutien  

Aujourd’hui, les pouvoirs publics s’emparent également du sujet, et agissent : le 23 octobre dernier, le Ministère de la Santé et des Solidarités et le Secrétariat d’Etat aux Personnes Handicapées annonçait le lancement d’une vaste stratégie de soutien et de mobilisation envers les aidants familiaux. Ces 17 mesures, financières, pratiques ou juridiques viennent renforcer ou assouplir les dispositifs déjà existants, tous présentés dans le Tome 2 du Guide de la Parentalité, co-édité par Grandir et l’Observatoire de la QVT et disponible en téléchargement sur notre site.

6 priorités et 17 mesures pour accompagner les aidants de tous âges

Doté d’un budget de 400 millions d’euros, ce plan de soutien, qui courra sur la période 2020-2022, a pour vocation d’apporter un soutien réel à la reconnaissance du statut particulier de l’aidant familial. Il est organisé autour de 6 priorités :

  • la réduction de l’isolement des aidants, grâce à la création de hotlines de soutien
  • l’ouverture de nouveaux droits sociaux permettant de mieux articuler congés « proche aidant » et carrière, à court et long terme
  • la conciliation vie privée / vie professionnelle, avec l’assouplissement du congé de présence parentale, désormais fractionnable en demi-journée
  • les solutions de répit, telles les cafés des aidants, pour lesquelles un budget de 105 millions d’euros est alloué
  • la santé des aidants, qui souvent s’épuisent et « s’oublient » eux-mêmes
  • la reconnaissance des très jeunes aidants : dès l’université, ou même l’école, certains élèves se retrouvent en situation d’aidants… Une réalité qui pourrait amener la création d’horaires aménagés.

Des mesures en prise avec le réel

6 priorités, donc, qui permettront de mieux prendre en compte cette nouvelle réalité : elles seront suivies, pilotées et adaptées par les deux ministères afin de perfectionner le cadre législatif des aidants… et leur cadre de vie, pour eux et leurs proches :  car chaque mesure a un impact direct et fort sur la vie quotidienne dans ces situations.

Inscrivez vous à la newsletter Grandir

Découvrez nos petites et grandes idées pour faciliter votre quotidien de parents. En saisissant votre adresse e-mail ci-dessous, vous acceptez que Grandir vous adresse des communications électroniques régulières.

Partenaires :