Eveil et pédagogie : le genre aux premières loges

Tout se joue à l’âge… Petits Chaperons Rouges ! Et c’est pour cela que nous mettons en place un environnement sans stéréotypes de genre.

Les livres, les jeux, les images, les activités, les manières de parler aux enfants : pendant très longtemps, tout changeait selon que l’on s’adressait à un petit garçon ou à une petite fille, selon des catégories très manichéennes. Aux petits garçons, la force, le courage, la bagarre et le sport, et aux petites filles, la douceur, la cuisine, le rose et les poupées ! Et l’on sait maintenant que ce sont ces stéréotypes de genre, véhiculés par l’entourage, proche et lointain, la famille et la société, qui contribuent fortement à créer des « caricatures » de genre, reproduisant des comportements dominants / dominés patriarcaux, voire créant de réels « troubles dans le genre », pour reprendre le titre d’un ouvrage célèbre de Judith Butler.

Une approche pragmatique, qui déconstruit les stéréotypes

« Chez Les Petits Chaperons Rouges, notre philosophie d’éveil et pédagogique vise à proposer toutes les activités à tous les enfants, indépendamment des considérations de genre, expose Anne-Claude Rovera, Directrice de la Qualité Petite Enfance, et à montrer aux petits enfants que les hommes peuvent aussi être sensibles, et les femmes fortes ! C’est une approche pragmatique, et sans idéologie : nous ne sommes pas là pour déconstruire le genre, ou pour proposer un éveil « dégenré », comme cela se pratique dans les pays du nord. »

L’éveil des consciences, dès le plus jeune âge

Mais cela n’empêche pas d’éveiller les enfants dans une approche égalitaire, et de rappeler les fondamentaux de l’égalité des sexes : « un livre comme A quoi tu Joues, par exemple, qui déconstruit les stéréotypes et les caricatures de manière ludique, est un classique dans nos bibliothèques, reprend A-C. Rovera. C’est dans ce livre, par exemple, que l’on voit une photo de Yannick Noah en larmes, après sa victoire à Roland-Garros : la preuve par l’image que les champions ont aussi le droit de pleurer ! De manière générale, nous veillons d’ailleurs à choisir le plus possible des livres qui décaricaturent, et à montrer des images éveillant les consciences à l’égalité filles / garçons : fort heureusement, c’est un cheminement à l’œuvre dans la plupart des collections… et des esprits ! »

Inscrivez vous à la newsletter Grandir

Découvrez nos petites et grandes idées pour faciliter votre quotidien de parents. En saisissant votre adresse e-mail ci-dessous, vous acceptez que Grandir vous adresse des communications électroniques régulières.

Partenaires :