Les 1000 premiers jours, grande cause nationale

Tout se joue… dès le quatrième mois de grossesse : c’est désormais une notion partagée, et mise en avant par l’Unicef. Cette évolution dans notre perception de la périnatalité et de la petite enfance implique des remises à niveau : c’est tout l’enjeu du Plan national pour les 1000 premiers jours.

Une Commission, qui réunit 18 spécialistes de la petite enfance autour de Boris Cyrulnik ; une consultation, qui a déjà recueilli les avis de 10.000 parents ; un plan de grande ampleur pour repenser en profondeur l’accompagnement des jeunes parents, et l’éveil des jeunes enfants… Entamés en septembre, les travaux autour des 1000 premiers jours ont connu un sérieux coup d’accélérateur en ce début d’année.

Quatre priorités stratégiques pour la Commission

D’ici au mois de mars, la Commission devra rendre ses conclusions et ses préconisations autour de quatre priorités : améliorer les réponses aux questions et apporter les bonnes informations aux parents pendant la grossesse et les premiers mois de l’enfant ; améliorer le suivi et l’accompagnement des familles ; repenser le système des congés parentaux ; repenser et refondre les modes de garde… Autant de sujets sur lesquels Les Petits Chaperons Rouges sont bien sûr en première ligne, et en éveil !

Longtemps l'un des plus élaborés d’Europe, le système français -son planning familial, ses crèches, son école dès 3 ans, ses centres de PMI – montre désormais des signes d’essoufflement, par rapport à d’autres pays : la Finlande, l’Espagne, la Norvège… et c’est justement sur les 1000 premiers jours que les Français sont en retard.

Longtemps bonne élève, la France est désormais en retard

Il est vrai que de nombreux points sont à améliorer. Parmi les principaux points revendiqués par les parents, la meilleure répartition des congés parentaux, et l’allongement de la durée du congé paternité sont déjà à l’étude : la réforme de 2015, qui instaurait un congé parental de 3 ans à partager entre les deux conjoints, n’a pas suffi à faire évoluer les mœurs.

Cet allongement, outre qu’il permettrait plus de parité, et de parentalité pour les pères, viendrait également pallier un manque chronique, et criant, de places d’accueil en crèches -même si Les Petits Chaperons Rouges maillent le territoire. Aujourd’hui, de nombreuses familles doivent patienter jusqu’aux deux ans révolus de leur enfant avant de trouver une solution d’accueil adaptée -et financièrement accessible.

Un environnement bienveillant, et plus d’accompagnement

Au-delà de ces évolutions pratiques et organisationnelles, c’est tout le fléchage du parcours du jeune parent, et du jeune enfant, qui est également à l’étude : l’information, le suivi et l’accompagnement devraient tendre vers les systèmes que l’on observe par exemple en Finlande, où une Baby Box fournit tout le nécessaire à chaque bébé, à chaque naissance. Et de nouveaux rendez-vous sont déjà actés : la visite prénatale précoce du 4ème mois devient obligatoire, et chaque maman recevra également une visite à son domicile, après l’accouchement : autant de moments qui permettront de faciliter les transitions en douceur. L'enjeu sera également de bien identifier tous les acteurs de la petite enfance, dans tous les territoires, afin de baliser l’environnement proche et lointain de chaque enfant.

Au cœur de la démarche : l’éloignement des écrans

Autant de démarches qui visent à replacer l’enfant au centre de tous ses dispositifs… et le plus loin possible des écrans ! Cette problématique, ou cette pathologie, qui touche à la fois grands et petits, est prise très au sérieux dans cette démarche, et il est avéré que les 1000 premiers jours doivent se dérouler sans écran : un enjeu de santé publique, qui nécessite de sortir les grands moyens… Espérons qu’ils seront suivis d’effets !

Inscrivez vous à la newsletter Grandir

Découvrez nos petites et grandes idées pour faciliter votre quotidien de parents. En saisissant votre adresse e-mail ci-dessous, vous acceptez que Grandir vous adresse des communications électroniques régulières.

Partenaires :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos besoins.